Micro sommeil, les dangers de la somnolence

Avez-vous déjà vécu cette expérience où vous arrivez à destination après avoir conduit (généralement la nuit) et vous ne comprenez pas comment ni par quel miracle vous êtes arrivé là sain et sauf ?

Ou encore lorsque vous n’arrivez pas à vous souvenir un traître mot de la conversation que vous venez d’avoir avec votre interlocuteur, alors que vous étiez bel et bien présent ?

Il est probable dans ces cas que vous ayez succombé à ce que l’on appelle le micro sommeil, ou la somnolence. Il s’agit d’un bref épisode de sommeil qui peut durer d’une seconde à une trentaine de secondes.

En effet, lorsque vous êtes fatigué, votre cerveau essaie souvent de compenser en s’arrêtant pour de courtes périodes.

Ce genre d’épisode se produit sans crier gare : vous ne vous en rendez généralement pas compte. Et ça peut s’avérer très dangereux, même si c’est juste quelques secondes.

Afin de ne pas prendre de risques inconsidérés avec votre santé (ou votre vie), il vous faut comprendre ce qui cause ces épisodes de micro sommeil et comment s’en prémunir.

Micro sommeil – De quoi s’agit-il ?

Le micro sommeil est la conséquence directe du manque de sommeil. C’est un épisode de somnolence qui frappe généralement les personnes qui se sentent fatiguées en s’adonnant à des activités répétitives ou monotones, comme conduire une voiture ou écouter quelqu’un parler.

Lorsque vous êtes fatigué, certaines parties de votre cerveau s’endorment même si vous êtes techniquement réveillé. Hé oui, notre corps ne peut fonctionner sans avoir bénéficié d’un repos de qualité. Sinon, le cerveau se met en mode veille.

Vous tombez alors dans un état de conscience « déconnectée », juste le temps que votre corps comprenne ce qui se passe et vous réveille aussitôt. Vous ne vous rendez même pas compte que vous somnolez.

Vous pouvez alors penser que vous êtes éveillé mais en réalité seule une partie de votre cerveau continue à tourner, les autres ayant arrêté de fonctionner.

Quand peut se manifester cet état de somnolence ?

Les chances de somnoler augmentent lorsque vous ne parvenez pas à vous reposer pendant les sept à neuf heures de sommeil recommandées chaque nuit.

Un repos de piètre qualité peut lui aussi augmenter vos chances de somnoler. D’autre part, le risque de somnoler est plus grand avant l’aube et en milieu d’après-midi, lorsque vous avez une baisse d’énergie et de vigilance.

Micro sommeil, somnolence: Comment reconnaître cet état ?

Comment reconnaître cet état ?

La somnolence peut vous rattraper à tout moment de la journée sans prévenir. Vous pouvez somnoler même en gardant les yeux ouverts, ce qui rend cet état difficile à reconnaître.

Si vous présentez les signes suivants, il est fort possible que vous ayez vécu des épisodes de somnolence :

  • La tête qui baisse et qui se relève aussitôt
  • Cligner des yeux lentement et fréquemment
  • Une secousse soudaine du corps
  • Un regard vide, sans expression
  • Ne pas se souvenir ce qui s’est passé les dernières minutes

Les dangers du micro sommeil

La somnolence mène souvent à un sommeil plus profond, ce qui en soit est une bonne chose, à condition que vous soyez bien installé dans le confort de votre maison ou dans un environnement où vous pourrez dormir en toute sécurité.

Par contre, cela peut s’avérer très dangereux si vous vous trouvez dans une situation qui requiert toute votre attention comme lorsque vous conduisez un véhicule ou lorsque vous manipulez de grosses machines.

Afin que vous réalisiez à quel point il est dangereux de se laisser surprendre par la somnolence, imaginez que vous conduisez une voiture qui roule à 90 km/h et que vous ayez une absence de six secondes parce que vous somnolez.

Ces six secondes correspondent à une distance parcourue de 150 mètres ! C’est plus que la longueur d’un terrain de football ! Imaginez le désastre auquel vous vous êtes exposé : vous auriez pu changer de file, griller un feu rouge ou même sortir de la route sans vous en rendre compte !

D’ailleurs la somnolence est responsable de milliers d’accidents par an, beaucoup ont une fin tragique… En plus de cela, la privation / le manque de sommeil affecte votre temps de réaction et peut altérer votre jugement.

Il peut également vous rendre stressé, impatient et sur les nerfs ce qui peut se faire ressentir sur votre productivité.

Comment prévenir la somnolence ?

Comment prévenir la somnolence ?

Ces dangers ne doivent pas être pris à la légère. La meilleure façon de prévenir la somnolence est d’avoir un sommeil suffisant en quantité et en qualité.

La première étape étant de savoir reconnaître l’état dans lequel vous êtes.

Les symptômes du manque de sommeil sont les suivants :

  • Le bâillement
  • L’ humeur maussade
  • La fatigue
  • L ’irritabilité
  • L’ état dépressif
  • La difficulté à appréhender de nouveaux concepts
  • L’ oubli
  • La difficulté à se concentrer
  • Le manque de motivation
  • La maladresse

Vous devez ensuite identifier la cause de votre somnolence. Il peut s’agir d’insomnie ou d’apnée du sommeil, ou encore d’autres troubles du sommeil, pour lesquels vous pouvez vous faire prescrire les médicaments qui peuvent vous soulager.

Un emploi du temps chargé, le travail de nuit ou une vie sociale très agitée sont autant de causes plausibles. La somnolence peut également être un effet secondaire de certains traitements. Vous pouvez en parler avec votre médecin traitant le cas échéant.

Lorsque vous sentez la somnolence pointer le bout de son nef, évitez toute activité qui nécessite une attention particulière ou qui peut présenter un danger imminent.

Essayez alors de prendre une petite pause et de faire une micro sieste qui vous permettra de « recharger vos batteries » et d’éviter la somnolence.

Si vous pensez avoir besoin d’une sieste plus longue, optez pour une sieste de 90 minutes, car cette dernière vous permettra d’avoir un cycle de sommeil complet.

Vous pouvez également boire un café, car la caféine, qui produit son effet après trente minutes, peut vous stimuler et vous éviter de sombrer dans un micro sommeil.

Share This